crin


crin

crin [ krɛ̃ ] n. m.
XIIe; lat. crinis « cheveu »
1Poil long et rude qui pousse au cou ( crinière) et à la queue de certains animaux, spécialement des chevaux. « pendus aux crins de nos chevaux » (Fromentin).
2Ce poil utilisé à divers usages. Crin plat, employé pour les balais, les pinceaux, les archets et les cordes d'instruments de musique. Crin de ligne pour pêcher. Étoffes de crin. cilice; crinoline, 1. étamine. Rembourrage de crin. Matelas, oreiller de crin. Gant de crin.
3Par anal. Crin végétal : fibre tirée de certains végétaux (agave, palmier [nain], phormion, tampico, tillandsie), préparée pour remplacer le crin animal.
4(1840; du cheval qui a tous ses crins) Fig. À tous crins : complet, ardent, énergique. Révolutionnaire à tous crins, ou à tout crin. Être comme un crin, revêche, de mauvaise humeur.

crin nom masculin (latin crinis, cheveu) Long poil, raide et relativement isolé, du pelage des mammifères (crinière et queue de cheval). Ensemble des poils de ce type. Familier et vieux. Cheveu ou poil raide. ● crin (expressions) nom masculin (latin crinis, cheveu) Crin végétal, fibre textile raide fournie par l'agave, le phormium, le chamaerops et d'autres plantes, et qui a les usages du crin. Familier. À tous crins, à tout crin, à toute épreuve, ardent, énergique ; dans toute la force du terme. Familier. Être comme un crin, de mauvaise humeur. ● crin (homonymes) nom masculin (latin crinis, cheveu) crains forme conjuguée du verbe craindre craint forme conjuguée du verbe craindre

crin
n. m.
d1./d Poil long et rêche du cou et de la queue de certains mammifères. Le crin du lion. Crin de cheval.
d2./d Ces crins, considérés comme matériau. Matelas de crin.
d3./d Par anal. Crin végétal: fibres végétales employées aux mêmes usages que le crin animal.
d4./d Fig., Fam. à tous crins: énergique, entier. C'est un partisan à tous crins de...

⇒CRIN, subst. masc.
A.— Poil.
1. Poil long et épais poussant à l'encolure et à la queue de certains animaux, plus spécialement des chevaux.
a) Gén. au plur. Crins blancs, noirs, épais, flottants, hérissés, raides, soyeux; crins de cheval, de bœuf, de lion. Courir au cheval, le saisir par les crins (MÉRIMÉE, Colomba, 1840, p. 165). Leurs [des chevaux] belles têtes fières, au regard mobile, ombragé de crins (CHÂTEAUBRIANT, Lourdines, 1911, p. 234). Des bidets râblés, à l'œil vif, aux crins épars (PESQUIDOUX, Livre raison, 1925, p. 53) :
1. Hélas! les étalons, ployant leurs jarrets grêles,
De l'aube au soir, dans un âpre fourmillement,
Ont bondi, les crins droits et le frein écumant,
Leur naseau rose en feu, par masse, éperdument,
Comme un essaim strident d'actives sauterelles.
LECONTE DE LISLE, Poèmes tragiques, Le Suaire, 1886, p. 21.
MAN. Cheval à tous crins ou à tout crin (vx). Cheval à qui on a laissé tous ses crins. Un bon cheval d'escadron à tout crin (JOUY, Hermite, t. 4, 1813, p. 96). Faire les crins à un cheval. ,,Couper les crins de la partie inférieure des membres d'un cheval`` (Ac. 1878, 1932).
Loc. Être comme un crin/des crins. Être de mauvaise humeur prêt à protester, à se mettre en colère. Qu'avez-vous donc toutes deux? s'écria Rogron, vous êtes comme des crins ce matin (BALZAC, Pierrette, 1840, p. 104).
Rem. On rencontre, avec le même sens, être à crin, sans doute par confusion avec être à cran. Il est moins à crin, voilà tout. Ah! il a mis de l'eau dans son vin (H. BATAILLE, Maman Colibri, 1904, p. 27).
b) Au sing., collectif. Le crin. Ensemble des crins d'un animal. Cheval d'un beau crin. Tout se vend de ces cadavres, le cuir, le crin, le sabot (JANIN, Âne mort, 1829, p. 24). Je le bouchonne moi-même [mon cheval], à l'ardennaise. Ici vous les bouchonnez à la souabe. Vous prenez le crin à contresens. Il devient terne. Surtout chez les rouans (GIRAUDOUX, Ondine, 1939, I, 2, p. 17).
2. En partic., gén. au sing.
a) Ce poil traité en vue d'un usage artisanal ou industriel. Crin de France, de Hollande, d'Irlande, de Russie; crin cardé, frisé; torsade de crin. Il avait acheté des crins, tout un solde, s'imaginant que les crins hausseraient; pas du tout, les crins baissaient, il était obligé de les expédier à perte (ZOLA, Pot-Bouille, 1882, p. 122). Il les voulait d'un emmanchement spécial, dédaignant la marte, exigeant du crin séché au four (ZOLA, Œuvre, 1886, p. 269).
Crins carrés. ,,Crins de queue de cheval séparés de ceux de la crinière et rassemblés par mèches suivant leur longueur`` (Comm. t. 1 1837).
b) Ce poil traité, servant à divers usages. Balai, bourre, corde, étoffe, gant, matelas, oreiller, pinceau, plumeau, tamis de crin; fauteuil rembourré de crin. Table de toilette, ustensiles en laque rouge, boîtes rondes, grosse brosse en crin blanc (FLAUB., Champs et grèves, 1848, p. 407). Il me fait voir que le fauteuil perd son crin (GREEN, Journal, 1948, p. 175).
Loc. Peau de balle et balai de crin. Rien (cf. balle I C 3).
Crin d'archet (mus.). Crin plat, blanc, provenant de la queue du cheval et utilisé pour garnir les archets (cf. crin-crin.) L'archet est un bâton d'où pend un écheveau de crins rattaché à un anneau de cuivre que le musicien passe dans son pouce, il tire dessus en jouant pour lui donner le degré de tension nécessaire (DU CAMP, Nil, 1854, p. 117).
Étoffe de crin. Étoffe, tissu faits de crins tressés (crinoline, étamine). Rien n'est plus triste à voir que ce salon meublé de fauteuils et de chaises en étoffe de crin à raies alternativement mates et luisantes (BALZAC, Goriot, 1835, p. 10). Crin (p. méton.). Vieux col de crin en guise de chemise (ERCKM.-CHATR., Conscrit, 1813, p. 58). Gertrude Stein me fait asseoir près d'elle, sur un grand canapé recouvert de crin (GREEN, Journal, 1945, p. 269).
3. P. anal., poét. (vx) et fam. Cheveu, poil de barbe, poil. Les touffes de crins de ses joues; prendre qqn aux crins. Les tempes plates pourvues de grandes oreilles et de crins noirs (H. BAZIN, Mort pt cheval, 1949, p. 47) :
2. Deux flammes de poil lui [Noël Chérouvier] sortaient des oreilles comme des moustaches. Large, longue, exubérante était aussi la barbe, mêlée de noir et de jaune. Au milieu de tout ce crin, fleurissait un sourire très doux, très vivant, coloré de quelque malice.
DUHAMEL, Cécile, 1938, p. 83.
Fig. ou p. métaph. Fauve, accourant à grand bruit, Une comète aux crins de flamme, aux yeux de foudre (HUGO, Contempl., t. 2, 1856, p. 297).
Loc. ou expr.
Se prendre aux crins (cf. se prendre aux cheveux I C). Se battre, se disputer (cf. HAUTEL t. 1 1808).
À tous crins ou à tout crin (DUB.). Vx. Avec tous ses cheveux. Chevelure à tous crins. Au fig. À toute épreuve, énergique, sans mesure, pur. Brave, démocrate, poète, réactionnaire à tous crins. Un catholique à tous crins (GREEN, Journal, 1939, p. 174). Oh! Mendès, le voilà romantique à tous crins. Ça l'a pris comme un retour en enfance (RENARD, Journal, 1895, p. 296) :
3. Eux aussi [les bourgeois] étaient enfin des révolutionnaires et à tous crins, qui pouvaient à leur tour cracher sur les patriotards et les jusqu'au-boutistes et supprimer les frontières et avoir des vues larges comme mes fesses.
AYMÉ, Le Confort intellectuel, 1949, p. 157.
Rem. À tous crins est noté comme signifiant « de mauvaise humeur » ds Ch.-L. CARABELLI, [Lang. pop.], sans doute par confusion avec A 1 a, Loc.
Se faire des crins (cf. se faire des cheveux). Se préoccuper, se soucier (cf. LACASSAGNE, Arg. « milieu », 1928, p. 271).
B.— P. anal. [En parlant de fibres de type varié]
Crin végétal. Fibre de certains végétaux préparée de façon à pouvoir remplacer le crin animal et employée à divers usages industriels. Nous faisons du crin végétal avec les zostères (ZOLA, Joie de vivre, 1884, p. 862). Banquettes de velours grenat tout crevé, perdant leur crin végétal par maintes blessures (BERNANOS, Crime, 1935, p. 796).
Crin Tampico ou tampico (du nom du port de Tampico, Mexique). ,,Fibre tirée de la feuille d'un agave poussant au Mexique`` (Lar. mén. 1926). En France il est d'usage, pour remplir les matelas, d'employer deux tiers de laine et un tiers de crin ou de tampico (Lar. mén. 1926 p. 767).
Crin de Florence ou crin d'Espagne (parfois aussi appelé crin marin d'apr. Lar. encyclop.). Fibre obtenue en étirant la glande séricigène de la larve du ver à soie, utilisée autrefois pour la pêche et parfois aujourd'hui comme fil de suture chirurgicale. Ils vont pêcher. Parrain s'assied au bord de l'eau et déroule méthodiquement son crin de Florence (RENARD, Poil Carotte, 1894, p. 190). Il s'agit d'avoir un bon ver et un bout de crin invisible : un crin blanc, dit de Florence, qui soit de plus solide (PESQUIDOUX, Chez nous, 1923, p. 236).
Crin acétate, artificiel ou synthétique ou absol. crin. Fil ,,obtenu par passage à la filière et étirage d'une matière thermoplastique polyamidique`` (Méd. Biol. t. 1 1970), et utilisé pour les ligatures chirurgicales et pour la pêche. Le cerclage aux crins est une solution parfaite pour l'olécrane et la rotule (JUDET, Fractures membres, 1948, p. 3).
Rem. Les dict. gén. attestent crinier, subst. masc. Ouvrier qui travaille, apprête le crin.
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1694-1932. Homon. : formes verbales de craindre. Étymol. et Hist. Ca 1050 crins « cheveux » (Alexis, éd. C. Storey, 428); ca 1160 « poil d'animaux, spéc. du cheval » (Eneas, éd. Salverda de Grave, 4054); 1680 crin d'archet (RICH.); 1840 à tous crins (ROCHEFORT et CARMOUCHE, La mère St Martin, X ds QUEM. Fichier). Du lat. class. crinis « cheveu, chevelure », et prob. « crin » à basse époque. Fréq. abs. littér. :356. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 468, b) 690; XXe s. : a) 629, b) 365. Bbg. BRÜCH (J.). Die Wörter für Haar im Latein und ihr Fortleben im Romanischen. Wiener Studien. 1957, t. 70, pp. 63-64. — GOTTSCH. Redens. 1930, p. 54. — QUEM. 2e s. t. 2 1971.

crin [kʀɛ̃] n. m.
ÉTYM. V. 1050; « cheveux », du lat. crinis « cheveu », et p.-ê. « crin » (sens 1) en bas lat.
1 (V. 1160). Poil long et rude qui pousse au cou et à la queue de certains animaux, spécialement des chevaux. || Tirer, arracher un crin à la queue d'un cheval. || Crins blancs, noirs, raides, soyeux. || Touffe de crins aux boulets du cheval. Fanon. || Crins de l'encolure. Crinière. || Crins d'un lion, d'un bœuf.Collectif. || Le crin : les crins, la crinière. → Le poil. || Crin blanc (nom du cheval mis en scène par l'œuvre d'Albert Lamorice qui porte ce titre). || Se cramponner au crin. || Un beau crin.
1 Des coursiers attentifs le crin s'est hérissé.
Racine, Phèdre, V, 6.
2 (…) pendus aux crins de nos chevaux.
E. Fromentin, Un été dans le Sahara, p. 13 (→ Avancer, cit. 30).
3 Douce et vaillante bête, dès que l'homme a posé la main sur son cou pour empoigner ses crins, son œil s'allume, et l'on voit courir un frisson dans ses jarrets.
E. Fromentin, Un été dans le Sahara, p. 80.
2 (Premier sens attesté). Fam., vx. Cheveu, barbe. Poil. || Avoir les crins bien plantés.Collectif. || Il a le crin revêche.Se prendre aux crins, aux cheveux. Disputer (se), quereller (se); battre (se).
Argot. || « Nous avons eu la tirelire en palissandre (la “gueule de bois”) et les crins en fil de fer » (L. Forton, les Aventures des Pieds-Nickelés, in l'Épatant, 1909, p. 52).
3 Loc. a À tous crins. || Cheval à tous crins, à qui on a laissé tous ses crins.Par ext. || Un homme à tous crins, barbu et chevelu. || Chevelure à tous crins, longue.
(1840). Fig. || À tous crins : complet, ardent, énergique. aussi Endurci, entier. || Un brave à tous crins, à toute épreuve. || Révolutionnaire, aventurier, marin à tous crins.
4 — Oh ! Mendès, le voilà romantique à tous crins. Ça l'a pris comme un retour en enfance.
J. Renard, Journal, 16 nov. 1895.
b Être comme un crin, revêche, de mauvaise humeur.
c Vx. Être tout crin, irrité, énervé (Goncourt, Manette Salomon, p. 282). → À cran.
d Adj. Revêche, de mauvaise humeur. || « Elle est crin, mais elle est marrante » (R. Dorgelès, À bas l'argent, p. 50).
N. m. || C'est un crin. || Quel crin !
4 (1680, crin d'archet). Poil d'animal utilisé à divers usages.(Un crin). Crin plat utilisé dans la fabrication des balais, des pinceaux, des archets et des cordes d'instruments de musique. || Crin de ligne pour pêcher. Empile, florence (crin de Florence); → Avançon, cit.(Du crin). Étoffes de crin. Cilice; crinoline. || Tissu de crin pour fabriquer les tamis, les sas. Étamine, rapatelle.Loc. || Gant de crin.Crins crépis, tordus en corde et bouillis pour être dégraissés, qu'utilisent les bourreliers, les matelassiers. || Rembourrer un coussin avec du crin. || Matelas, oreiller de crin.
5 Johnson se décide à monter dans un pousse-pousse rouge, dont le coussin collant de molesquine laisse échapper son crin moisi par une déchirure du triangle.
A. Robbe-Grillet, la Maison de rendez-vous, p. 108.
Crin végétal : fibres de certains végétaux — agave, palmier nain, Phormium tenax, tampico, tillandsie, etc. — préparées pour remplacer le crin animal. || L'industrie du crin végétal.
Crin artificiel, synthétique ou crin acétate, utilisé en chirurgie ou pour la pêche.
DÉR. Crinelle, crinier, crinière. V. Crincrin.
HOM. Formes du v. craindre.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • crin — crin …   Dictionnaire des rimes

  • crin — CRIN, crini, s.m. 1. Plantă erbacee ornamentală din familia liliaceelor, cu flori albe strălucitoare, în formă de pâlnie şi cu miros foarte puternic (Lilium candidum). ♢ Compuse: crin de pădure = plantă din familia liliaceelor, cu florile… …   Dicționar Român

  • crin — crin; crin·et; crin·gle; crin·gle cran·gle; crin·i·ger; crin·i·on; crin·kle cran·kle; crin·kly; crin·kum cran·kum; crin·o·lined; en·crin·ic; en·do·crin·ic; en·do·crin·o·log·ic; en·do·crin·o·path; en·do·crin·o·path·ic; crin·kle; crin·o·line;… …   English syllables

  • crin — CRIN. s. m. Poil long et rude qui vient au cou et à la queue des chevaux et de quelques autres animaux. Crin long, noir, blanc. Le crin du cou du cheval. Le crin de la queue. Tresser le crin, faire le crin, peigner le crin d un cheval. Ce cheval… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • crin — CRIN. s. m. Poil long & rude qui vient au col, & à la queuë des chevaux & de quelques autres animaux. Crin long, noir, blanc. le crin du col du cheval. le crin de la queuë. tresser le crin. faire le crin. peigner le crin d un cheval. ce cheval a… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • crin — ‘Conjunto de cerdas que tienen algunos animales en la cerviz’. Se usa frecuentemente en plural. Aunque en latín clásico era voz masculina, en el español general culto, desde la época medieval, es mayoritario su uso en femenino: la crin, las… …   Diccionario panhispánico de dudas

  • Crin — [krɛ̃:] das; s <aus gleichbed. fr. crin, dies aus lat. crinis, vgl. ↑Crinis> Rosshaar zum Polstern …   Das große Fremdwörterbuch

  • crin — sustantivo femenino 1. (preferentemente en plural) Conjunto de pelos duros que tienen algunos animales en la parte superior del cuello y la cola: Ella cabalgaba cogida a las crines del caballo. 2. Filamento flexible y elástico que se obtiene del… …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española

  • crin — (Del lat. crīnis). f. Conjunto de cerdas que tienen algunos animales en la parte superior del cuello. U. t. en pl. con el mismo significado que en sing.) crin vegetal. f. Filamentos flexibles y elásticos que se obtienen de las hojas del esparto… …   Diccionario de la lengua española

  • crin- — Prefijo que significa separar : crinia, crinogénico. Diccionario Mosby Medicina, Enfermería y Ciencias de la Salud, Ediciones Hancourt, S.A. 1999 …   Diccionario médico


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.